La Résistance, vue par Lucile

Portraits de femmes Résistantes.

 

23 février 1944

Mon cher journal,
Aujourd’hui, Audrey tente de me convaincre à insérer le groupe de Résistants.
Bête comme je suis j’accepte d’aller faire la guerre avec elle, je n’ai pas envie qu’elle y aille seule.

Lucile

 24 février 1944

Nous voilà partis pour de longues, longues heures de marche à n’en plus pouvoir rester debout, on est déshydratés.
Un des nous tous qui s’arrête pour boire dans une petite rivière qu’on se fait fusiller.
Voir ses camarades s’effondrer un par un, je me dis que la suite sera invivable, je n’ai pas de mots.
Nous voilà arrivés à nos tranchées.
Je t’écrirai peut être demain ou après demain ou dans trois si je ne suis pas morte d’ici là..

Lucile

28 février 1944

Mon cher journal,
Quatre jours de misère, d’atrocité.
Tu ne fais qu’un pas et tu es obligé de marcher sur un cadavre, donc imagine tous ces cadavres.
Des rats se baladent, traversent.. Nous portons des sacs de plus de trente kilos.
C’est lourd, très lourd au point qu’Audrey en est le dos  bossu.
Les sacs qui sont remplis de provisions de nourriture sont inondés à ne plus pouvoir manger ce qu’il y a dedans mais on se force tellement qu’on est faible.
Entendre les obus éclater à cinq centimètres de soi, les mitrailleuses; pendant même pas une seconde tu te demandes si tu devrais rester en vie ou mourir.

Bien à toi, Lucile

 


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *