Printemps des Poètes 2012

Du 5 au 18 mars se déroule « Le Printemps des Poètes », qui revient chaque année avec un thème différent. Cette année, le thème choisi était celui de l’Enfance. => En savoir plus sur Le Printemps des Poètes.

Les élèves de 3ème ont participé à ce festival de poésie par l’intermédiaire du cours du français, et ont joué le jeu de prendre la place du poète pour exprimer, de façon poétique, leur ressenti face à ce moment de l’Enfance. Ils ont ainsi produit plusieurs textes, qui sont exposés à Montbéliard, puis à Belfort, au CDDP, avec des photographies prises par leur professeur de français. Un aperçu de leur travail …


O temps cruel ! Serais-tu donc dépourvu d’âme ?
Comme je regrette mon passé plein d’innocence !
Je ne veux pas grandir, ce serait un vrai drame !
Ce qu’il me manque, le temps de mon enfance…

Après tout, que deviendront ces balançoires,
Où je restais tard dans le soir ?
Qu’adviendra-t-il de ces beaux et grands carrousels
Où les chevaux étaient noirs, blancs, ou caramels ?

C’est ainsi que, les yeux fermés, très lentement,
Je m’apprête à entrer dans le monde des grands,
Ce même monde qui m’émerveillait en m’effrayant,
Ce même monde qui me fascinait avant,
Quand je ne savais pas qu’un jour, j’irais dedans.

Sophia, classe de 3ème D


Qu’on est bien lorsque l’on est un enfant
Vivant sans lendemain, tel un être insouciant,
Blotti dans un nuage de tendresse :
Bienvenue au doux royaume des caresses.

Que l’enfance est belle, que l’enfance est douce ;
Réveillée par la rosée de ses ressources,
Bercée par l’insouciance de son avenir :
Bienvenue au doux royaume sans devenir.

Qu’est-ce que je regrette ces courtes heures,
Ces doux moments, sur une plage sans pudeur :
Que la lumière soit, que la lumière erre,
Que tout le monde voie, qu’est-ce que j’en ai à faire !

Bienvenue au royaume de la tendresse,
Bienvenue au royaume de la jeunesse.

Sacha , classe de 3ème D


Souvenirs

Je me souviens du temps où j’étais insouciante
Où je courais pieds nus le long des grandes pentes,
Dans l’herbe verte nimbée de la douce rosée,
Sous les yeux du soleil bienveillant de l’été !

O mon regretté passé ! Tu me manques tant !
Tout a tellement changé, tout est si différent !
Seule la nature est restée celle d’antan.

Je me souviens de grands arbres couverts de lierre,
Et du petit bosquet où m’emmenait mon père.
Quand j’étais avec lui, tout semblait resplendir,
Les oiseaux gazouillaient sous le ciel de saphir.

O mon regretté passé ! Tu me manques tant !
Tout a tellement changé, tout est si différent !
Seule la nature est restée celle d’antan.

Je me souviens des découvertes palpitantes,
De l’eau solide aux papillotes pétillantes ;
Mais le plus beau souvenir que je garde en moi,
C’est le sourire des gens ainsi que leur voix.

O mon regretté passé ! Tu me manques tant !
Tout a tellement changé, tout est si différent !
Seule la nature est restée celle d’antan.

Raffaelle, classe de 3ème D

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *