La cruauté du temps

O temps cruel ! Serais-tu donc dépourvu d’âme ?
Comme je regrette mon passé plein d’innocence !
Je ne veux pas grandir, ce serait un vrai drame !
Ce qu’il me manque, le temps de mon enfance…

 Après tout, que deviendront ces balançoires,
Où je restais tard dans le soir ?
Qu’adviendra-t-il de ces beaux et grands carrousels
Où les chevaux étaient noirs, blancs, ou caramels ?

 C’est ainsi que, les yeux fermés, très lentement,
Je m’apprête à entrer dans le monde des grands,
Ce même monde qui m’émerveillait en m’effrayant,
Ce même monde qui me fascinait avant,
Quand je ne savais pas qu’un jour, j’irais dedans.

Sophia, classe de 3ème D

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *